Chez Philippe

Logo Api News

Du côté des abeilles…

Elles préparent la récolte 2022 !

Pas de mortalité avérée cet hiver sur l’ensemble du cheptel : seules trois ruchettes sont mortes à cause des rongeurs (les grilles n’avaient pas été mises) et une ruche perdue faute de reine.

Les colonies sont désormais en pleine expansion. Vos abeilles s’activent et le bourdonnement des ruches est incessant. Les abeilles ont fini de cirer les nouveaux cadres pour accueillir de nouvelles pensionnaires et provisions (nectar et pollen).

Elles s’en donnent à cœur joie : en allant butiner les fleurs de saison, elles font le plein de pollen en remplissant leurs corbeilles (la corbeille est la partie située au creux des pattes arrière de l’abeille qui permet, à la manière d’un panier, d’emporter le pollen de la fleur à la ruche) et de de nectar pour nourrir les jeunes larves à venir.

Votre reine pond chaque jour des œufs (elle peut pondre aux meilleures périodes jusqu’à 2000 œufs par jour) qui donneront naissance à des abeilles, faux-bourdons ou nouvelle reine (pour les œufs présents dans les cellules royales annonçant par là même la venue des essaims).

Dans la ruche, jusqu’à 50 000 abeilles bourdonnent à fin Avril. C’est pourquoi, Philippe doit s’assurer à ce que ses abeilles ne manquent pas d’espace dans la ruche sans quoi c’est la fuite assurée de la reine et d’une grande partie de la colonie (appelé aussi essaimage) !

Picto apiculteur

Chez Philippe …

La Bourrache chez Philippe

La première visite de l’apiculteur appelée “la visite du printemps”, doit se passer au moment propice : par temps calme et au moins 15°C. C’est à partir de la mi-Mars que Philippe a débuté la visite générale de ses ruches avec les premiers travaux d’inspection des cadres de ruches, le nettoyage des planchers et l’inspection du couvain. Philippe doit veiller à l’harmonie au sein de la colonie, s’assurer que la reine soit suffisamment forte pour le développement du couvain*. En parallèle, il faut mettre en place des hausses** pour les miellées qui s’annoncent. La nature a explosé précocement fin Mars faisant la part belle aux fleurs de Saules Marsault (de beaux petits chatons duveteux riches en nectar et en pollen) puis s’est temporisée avec le coup de froid d’Avril mais reprend de plus belle avec la floraison des arbres fruitiers, de l’aubépine, de l’épine noire et autres espèces arbustives mais aussi des pissenlits et autres fleurs sauvages …

* Le couvain est le mot pour désigner l’ensemble des membres d’une colonie d’insectes qui n’ont pas encore atteint leur état final. Le couvain est donc constitué des œufs, des larves et des nymphes. Il s’agit en quelque sorte de la maternité de la ruche.

** Les hausses : ce sont les éléments supérieurs d’une ruche. Placés sur le corps de la ruche, les abeilles remplissent ces 1/2 cadres de nectar qui donneront par la suite du miel pour se régaler.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est ruche-e1620388678331.png.

Sur le rucher …

Le rucher proche de l’habitation de Philippe est réservé aux ruches parrainées. Cela permet à Philippe d’avoir un œil averti sur le développement de chacune des colonies.

Dès 10h00 le matin, c’est l’heure de sortie pour vos petites abeilles qui en profitent pour investiguer les lieux et rapporter à la ruche de précieuses denrées.

Côté frelon asiatique : « Il faut faire avec car c’est un fléau qui touche désormais tous les apiculteurs avec un plus fort impact sur les petits ruchers ». La mise en place de pièges au printemps permet de limiter le nombre de fondatrices.